Le Journal du Vrac N°125 - Clés en main Le savoir-faire Solufood pour la gestion du stockage

publié le Mardi 14 Mai 2019 dans Nouveautés


Le constructeur d’équipements de process à destination de l’industrie agroalimentaire Solufood a développé ses propres solutions techniques pour le stockage et la vidange des produits en vrac. Entretien avec Ronan Callarec, Directeur de la société Solufood.

L’activité principale de Solufood est portée sur le transfert des matières premières en vrac dans le domaine de l’agroalimentaire. Elle s’est également développée dans la gestion du stockage des matières premières en vrac, avec toutes les problématiques que cela engendre : tamisage, ensachage, vidange… Son offre est désormais plus complète et lui permet de répondre au plus près des besoins de ses clients. Ronan Callarec précise : « La première problématique que nous devons prendre en compte lors des projets clients est liée à la nature et à l’écoulement du produit, qui déterminera le choix de la solution à adopter. Le second critère est celui de la poussière : il sera par exemple nécessaire, dans certains cas, d’associer une hôte aspirante pour les produits volatiles. Enfin, autre critère important lors de l’analyse des besoins du client : la quantité de matière à traiter. Dans le cas des mono-produits, la quantité de tonnes à manipuler déterminera si le Big Bag est plus intéressant que le silo, et vice-versa. »

Double station de vidange de big-bags.

Deux technologies de videuses de big-bags

Généralement, lorsque le client doit manipuler près de 500 kg de matières en vrac par jours, il est plus intéressant d’utiliser les big-bags plutôt que de stocker en silos. Solufood propose deux modèles de stations de vidange de big-bags : l’un alimenté par gerbeur ou charriot élévateur, l’autre équipé d’un palan électrique. Ronan Callarec déclare : « L’utilisation d’une solution plutôt qu’une autre va dépendre de l’environnement existant : lorsque la zone de stockage permet le passage de caristes, la videuse big-bags alimentée par chariot élévateur est privilégiée. En revanche, dès lors que la zone de stockage ne permet pas de réaliser les opérations de manutention, nous proposons les videuses big-bags à palan. »

 

Caractéristiques des videuses

Concernant la structure, Solufood a standardisé ses stations de vidange de big-bags avec des châssis livrés en acier galvanisé ou tout inox. « Le big-bag va reposer dans une large trémie, qui a une forme bien spécifique et qui reprend la forme du fond du big-bag : le SAS disponible permettra de délasser le big-bag sans générer de poussières, un petit évent évitant les remontées de ces poussières », précise Ronan Callarec. Ces videuses de big-bags peuvent être utilisées soit pour des appels de produits pour l’alimentation du process, ou pour du soutirage, du dépesage. Solufood raccorde systématiquement ses équipements par des vis de transfert flexibles sans âme. Ronan Callarec ajoute : « L’avantage est de pouvoir réaliser des appareils jusqu’à plus de 20 mètres en un seul tenant, et avec un tube permettant de réaliser des courbes : cette flexibilité a un réel intérêt en dépesée ». Ces videuses peuvent être équipées de deux pinces spécifiques de fermeture de big-bags. Autre équipement fréquemment utilisé : un système de bras de massage articulé placé sur les côtés du big-bag, qui se déclenche si le dépesage est interrompu, ou par le biais d’un détecteur de niveau dans la cuve inférieure.

 

Silos souples

« Lorsqu’un client manipule de 25 à 30 tonnes de produits en vrac par semaine, nous lui conseillons de choisir un stockage en silo », déclare Ronan Callarec. Jusque dans les années 2000, l’installation d’un silo en polyester était quasiment systématique, mais cela entrainait des problématiques liées à l’humidité, à la condensation ou encore à des fuites sur les toits. L’un des clients de Solufood du secteur de la boulangerie-biscuiterie avait alors suggéré le développement d’un silo souple pour alimenter les pétrins en farine, sans avoir à réchauffer ou refroidir le produit. La solution qui consiste à mettre en intérieur les silos était très intéressante pour éviter les moisissures et préserver la qualité du produit. Solufood a donc développé des silos souples permettant des charges jusqu’à 35 tonnes. Les silos sont constitués d’une toile épaisse et solide complètement suspendue, ne générant aucune tension sur les coutures. Ronan Callarec précise : « Les silos ont une forme de trémie : un cadre flottant en acier est suspendu et assure le maintien de la forme du silo. Selon la nature du produit, il sera possible d’utiliser des systèmes d’aide à l’écoulement, comme des fonds vibrants par exemple. »

Vue sur les fonds vibrants installés sur les silos souples de Solufood. 

 

Les clients peuvent décider d’intégrer des silos souples dans une toute nouvelle installation, ou alors les intégrer à une installation existante. La force de Solufood est de pouvoir proposer du sur-mesure et, surtout, de s’adapter en hauteur. Ronan Callarec déclare : « Les silos sont carrés, donc cela permettra un gain de place supplémentaire par rapport à des silos cylindriques, qu’il faudra monter en hauteur. Nos solutions s’intègrent facilement dans les structures intérieures. Aussi, avec des appareils d’aide à l’écoulement, nous pouvons nous permettre d’avoir des pentes un peu plus raides et donc de gagner en hauteur. » Le silo souple offre d’autres avantages : il dispose d’un toit filtrant et ne nécessite pas d’évent d’explosion, il nécessite moins de maintenance qu’un silo rigide, la durée de vie des toiles est excellente, il permet d’avoir un aperçu direct et rapide du niveau de chargement…

Silos souples de gabarit moyen proposé par Solufood.

Rester actif sur le marché

Le marché est très dynamique, les clients ne cessent d’innover et sont de plus en plus exigeants. Ronan Callarec précise : « Nous devons rester actif et améliorer les système en permanence. Cela fait partie de notre métier. A titre d’exemple, le marché du bio est un marché en très fort développement aujourd’hui, et beaucoup de nos clients montent des lignes de production spécifiques pour éviter les contaminations croisées. Aussi, d’une manière générale, nous constatons que les problématiques de stockage font désormais partie intégrante du process : nous innovons et cherchons des solutions pour répondre aux besoins spécifiques de chacun de nos clients. »

 

Derniers développements chez Solufood

Solufood ne cesse d’innover. Alors qu’elle intégrait depuis des années les équipements de différents constructeurs de tamis, la société a développé ses propres équipements de tamisage de sécurité. « Nous avons désormais un tamiseur standardisé depuis environ 3 ans : nous en avons d’ailleurs présenté le dernier modèle lors du CFIA 2019 à Rennes », précise Ronan Callarec. Solufood prévoit également le développement de solutions de conditionnement des poudres de 500 g à 5 kg.

Le tamiseur vibrant de Solufood est généralement utilisé pour des tamisages de sécurité des poudres et granulés.  

Article publié dans le Journal du vrac N°125 mois de mai 2019